Bouteilles à la mer

La partialité d\’un texte vous a heurté? Votre courrier n\’a pas été publié? Faites-le paraître ici, et faites connaître à un large public votre opinion refusée ou escamotée ailleurs.

  • Catégories

  • décembre 2006
    L M M J V S D
    « Nov   Jan »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

2006-12-28 Ah, le brave petit du Soir.

Posted by moise sur 2006-12-28

L’article du Soir de ce jour : « Le banni veut rentrer en Palestine » attire des commentaires.
Monsieur le Redacteur en Chef,
L’article d’Anne-Cecile Huwart « Le banni veut rentrer en Palestine » a failli m’arracher des larmes.
Le brave garcon qui a la nostalgie de sa montagne (A Betlehem, une montagne ?), qui passait sa vie a courir entre vignes et oliviers…

Peit-etre est-ce en slalomant entre ces vignes et ces oliviers, en courant vers sa montagne, qu’il s’est retrouve a la Basilique de la Nativite, arme jusqu’aux dents, terrorisant les pretres, pillant le lieu saint, menacant de le faire sauter, le profanant ?

C’est cela l’image qu’on veut nous montrer ? Celle d’un jeune homme pacifique, bucolique ! Metamorphosé ?
Pourquoi a-t-il ete arrete pour braquage ? Mauvais moment, mauvais endroit ? Cela fait deux « coincidences ». Et c’est pour cette raison qu’il a fait plusieurs mois de preventive. Drole de maniere de remercier son pays d’accueil.. Il ignorait que la loi interdit de braquer une bureau de poste ou une banque. Peut-etre que les lois palestiniennes different des notres puisqu’il a pille la Basilique de la Nativite

Lisez ce que Jacques Simonet dit : « Je ne dirais pas qu’il n’y a jamais eu de problème avec lui. ». Le maïeur de Bertrix refuse de le domicilier. Pourquoi ? Parce que sans doute on n’aime pas trop les « gentils garcons ».

Meme Leila Chahid avoue qu’il doit nuancer ses propos (traduisez pas ne pas mentir). Et si elle, la specialiste de la desinformation, la parente et la defendresse du mufti Al Husseini l’ami d’Hitler, l’affirme c’est que le mensonge est « henaurme » !

Il coute 1000 euros par mois a la Belgique ? D’apres le Pere Ubu, en fait, c’est quatre fois plus.

Il a la nostalgie de la Palestine ? Ou bien celle du terrorisme. S’il a ete banni c’est parce qu’il l’est et que l’Europe le reconnait comme tel. Alors, de grace, ne versons pas dans le pathos et regardons la realite en face. C’est un terroriste (qui a de la chance, il l’avoue d’ailleurs,
celle d’etre encore en vie et de vivre aux frais de la princesse).

Mais Le Soir, dans sa presentation des faits en ce qui concerne le Moyen Orient, persiste et signe. Pas de mea culpa pour la caricature de Kroll (certes des excuses confidentielles de Mme Delvaux a ceux qui ont reagi a ce dessin outrancier) mais une presentation candide, a la limite du ridicule, d’un terroriste qu’on veut nous presenter comme un garcons sage, modele.
Mais c’est vrai, c’est lendemain de Noel, et tout le monde il est beau, il est gentil. Tout le monde ? Enfin, presque tout le monde sauf … suivez mon regard..; Non, pas Gaza, ni la Cisjordanie, un peu plus haut, vers la mer. Stop, vous y etes !

M. R.
—–
voici l’article du Soir
Le banni veut rentrer en Palestine
HUWART,ANNE-CECILE
mercredi 27 décembre 2006, 07:11

Exilé par Israël, Khalil al-Nawawreh a atterri chez nous en 2002. Seul, livré à lui-même, il tourne en rond.

E n Palestine, je passais ma vie dans la montagne, raconte Khalil, dans son appartement social du Peterbos à Anderlecht, d’où les sommets de béton pointent à travers les fenêtres. Je me levais à cinq heures du matin pour aller courir, au milieu des vignes et des oliviers. J’ai jamais pu rester en place. » Son principal exutoire : une barre d’haltères au milieu du salon.
Khalil al-Nawawreh est ce « banni de Bethléem » qui a débarqué en Belgique dans la nuit du 22 au 23 mai 2002, au lendemain du siège de la basilique de la Nativité à Bethléem (lire ci-contre). Expulsé de Cisjordanie par Israël avec 12 autres combattants palestiniens, que plusieurs États membres ont accepté de prendre en charge au terme d’un accord négocié avec l’Union européenne. Nous l’avions déjà rencontré plusieurs fois. Depuis quatre ans et demi, il végète en Belgique sans perspective d’avenir.

Agé de 28 ans, l’homme garde une allure militaire. Mais il apparaît plus sûr de lui et décontracté qu’à son arrivée. Il s’exprime désormais en français. « Obligé, sourit-il. Peu de personnes parlent l’arabe classique en Belgique. » Deux clichés illustrent la métamorphose. Le premier montre un Palestinien en tenue de combat, l’arme à la main. Le second un gars en jean, souriant sous l’Atomium avec des amis…

Khalil vit d’abord un an chez un tuteur d’origine palestinienne, à Bertrix. Très rapprochée au début, la surveillance de l’État se relâche progressivement. La conduite de cet ancien du Tanzim (le bras armé du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas), est jugée « exemplaire ». Jusqu’à ce qu’il décide de s’installer à Bruxelles. En décembre 2003, Khalil al-Nawawreh est arrêté et inculpé pour vol avec violence dans le cadre du braquage d’un bureau de poste, à Brakel. « J’étais au mauvais endroit au mauvais moment. La police est venue perquisitionner dans l’appartement où je logeais. J’ignorais de quoi il était question. » L’homme passe plusieurs mois en préventive. L’enquête est toujours en cours.

Khalil sait qu’il a de la chance. « J’ai grandi avec l’Intifada, les blessés, les morts. J’ai lancé des pierres. J’ai pris beaucoup de balles en caoutchouc ; j’étais emmené à l’hôpital et, dès ma sortie, je recommençais… Impossible de rester sans rien faire. J’ai perdu beaucoup d’amis. L’un d’eux a pris une balle en pleine tête, juste à côté de moi. Mon frère aîné est en prison en Israël. » Il sort une photo. « Si j’étais comme lui, enfermé là-bas, je sais que je ne sortirais jamais. C’est vrai, j’ai de la chance. Pourtant, je me sens comme un prisonnier. »

Celui qu’Israël considère comme un terroriste touche de l’État belge 1.000 euros par mois. Il se rend à la police deux fois par mois, à la commune une fois. Il affirme ne pas pouvoir travailler ni suivre de formation. « Souvent, l’argent arrive en retard et je dois emprunter à des amis. Je n’ai pas de mutuelle. Je ne peux ni travailler, ni m’inscrire en formation, ni à un club de sport. Je suis libre mais je ne peux rien faire. Même avec la guerre, je serais mieux là-bas. Je n’ai pas demandé à vivre ici, je ne suis pas un touriste. Je demande seulement à pouvoir vivre comme tout le monde. »

L’ex-combattant a le mal du pays. « Ma mère me manque le plus. Au téléphone, je ne lui dis pas tout, pour ne pas l’inquiéter. Je n’aime pas rester dans mon appartement, je pense trop. Alors je me promène, je vais chez des copains. Mais ce n’est pas bon. Je préférerais retourner à Bertrix où il y a moins de tentations. Je veux vivre normalement. Ou rentrer en Palestine. »
Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine à Bruxelles, nuance ses propos. « Il a un permis de séjour, une couverture sociale, un logement. S’il trouve un employeur, il aura un permis de travail. Il doit faire des efforts pour s’intégrer. Il est malheureux, c’est légitime, mais ce n’est pas la faute des Belges. Il doit saisir sa chance. Se comporter en victime ne sert à rien. »
Au ministère de l’Intérieur, on indique qu’al-Nawawreh dispose d’un statut particulier. « Il n’est ni demandeur d’asile, ni réfugié politique. Des réunions avec les Affaires étrangères ont lieu régulièrement à son sujet. Si la justice le condamne dans le cadre du braquage, nous devrons reprendre contact avec l’Europe. Un retour en Palestine devra peut-être être envisagé. » Aux Affaires étrangères, on signale qu’un retour en Cisjordanie devrait faire l’objet d’un accord global concernant les 13 exilés, impliquant l’UE, l’Autorité palestinienne et Israël. Ce n’est pas d’actualité.

Khalil voudrait retourner à Bertrix. C’est aussi le souhait de Jacques Simonet, maïeur d’Anderlecht. « À son arrivée, on m’avait dit que ce serait temporaire. Il devait être renvoyé à Gaza. La situation là-bas en a décidé autrement. Je ne dirais pas qu’il n’y a jamais eu de problème avec lui. À Anderlecht, le risque de croiser de mauvaises fréquentations est plus important qu’en Ardenne. » Mais le maïeur de Bertrix, Olivier Boclinville, refuse de le domicilier. « Je me fous des tentations. Il y en a partout ! Qu’il continue à jeûner dans le désert ! » (sic).

Son tuteur est pourtant prêt à lui donner du travail dans son entreprise, à veiller sur lui. « Il serait plus tranquille, je pourrais le conseiller, le tenir à l’oeil, le conduire sur le bon chemin. Je ne comprends pas ce refus. » Son frère d’armes envoyé en Espagne est aujourd’hui marié. Khalil ne rêve pas d’autre chose. Mais le coeur en Palestine, les pieds à Anderlecht et la tête à Bertrix, il semble paralysé.

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2006/12/27/article_societe_nul_ne_veut_du.shtml

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :