Bouteilles à la mer

La partialité d\’un texte vous a heurté? Votre courrier n\’a pas été publié? Faites-le paraître ici, et faites connaître à un large public votre opinion refusée ou escamotée ailleurs.

  • Catégories

  • novembre 2006
    L M M J V S D
    « Oct   Déc »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives

2006-11-22 L’aveu du Soir

Posted by desiderius sur 2006-11-23

« ….Car au petit jeu du « à qui profite le crime », certains Arabes, prompts à brandir des complots, n’hésitent pas à avancer qu’Israël aurait un intérêt à renvoyer le Liban à ses démons de la guerre civile…. » Dans « Le Liban au bord de l’embrasement » du 22-11-06

Dans cet article de Baudouin Loos, il y a ce petit passage qui, l’air de pas y toucher (il s’agit évidemment d’un jeu et puis c’est la thèse de complotistes arabes) parvient à mêler Israël à l’assassinat de Pierre Gemayel.

Rien que de très bénin assurément ( d’autant que le reste de l’article est équilibré) et pourtant, c’est par l’usage répétés de petites phrases ambiguës comme celle-ci que l’image d’un pays peut se voir progressivement dégradée auprès de lecteurs pressés ou peu informés par ailleurs. »
D.W.

L’article en question:
Le Liban au bord de l’embrasement
Baudouin Loos
Le Soir, 22 novembre 2006

Le nom de Pierre Gemayel junior restera associé à une funeste série : celle d’une longue liste d’assassinats politiques pour la plupart impunis. Le pays du Cèdre continue à voir son histoire s’écrire au fil de meurtres et de guerres sur lesquels ses habitants n’ont aucune prise. D’instinct, beaucoup de Libanais ont pointé un doigt accusateur vers la Syrie, cette ex-puissance tutélaire qui exerça sur le pays sa domination sans partage jusqu’au meurtre de Rafic Hariri le 14 février 2005. La majorité des Libanais le pensent : Damas n’a pas renoncé à son « pré carré » libanais. Tous les attentats qui ont visé des personnalités antisyriennes depuis un an et demi, dont notre regretté confrère Samir Kassir, ne peuvent donc provenir que du voisin honni…

Les Nations unies mettent sur pied un tribunal international qui devrait pouvoir un jour juger les assassins des Hariri et peut-être d’autres victimes comme Gemayel. Il est pourtant sage de ne pas lyncher des suspects avant de disposer des preuves suffisantes pour les condamner.

Car au petit jeu du « à qui profite le crime », certains Arabes, prompts à brandir des complots, n’hésitent pas à avancer qu’Israël aurait un intérêt à renvoyer le Liban à ses démons de la guerre civile. D’autres thèses peuvent émerger : celle d’une déstabilisation manigancée par les ultra-islamistes sunnites façon Al-Qaïda, ou encore celle, tentante, d’une fuite en avant de clans puissants de la mafia politico-affairiste syro-libanaise qui pourraient préférer le chaos à la fin de leurs privilèges.

Le Liban vit des moments angoissants. Car le meurtre de Pierre Gemayel se situe dans un cadre politique porteur de tous les dangers : les ministres chiites, dont ceux du Hezbollah, tous proches… de la Syrie, venaient à peine de démissionner, Nasrallalh, le chef du « parti de Dieu », exigeant un gouvernement d’union nationale et plus de ministres chiites ou de nouvelles élections. Sous peine de manifestations de rue massives…

Dimanche, le même Nasrallah n’a-t-il pas surnommé l’actuel cabinet de Fouad Siniora « le gouvernement illégitime et anticonstitutionnel de l’ambassadeur (américain Jeffrey) Feltman » ? Cela n’est pas une preuve contre le Hezbollah. Ni contre son allié syrien. Cela localise le Liban actuel : au bord de l’embrasement.

—-

Réaction reçue:

Si j’ai voulu inclure dans les hypothèses celle qui incrimine Israël dans les crimes politiques libanais ce n’est pas pour dénigrer gratuitement ce pays. Il se fait que cette thèse est extrêmement répandue dans les pays arabo-musulmans. Je reviens du Liban où presque tous les chiites (40% de la population) en sont persuadés; en Syrie, le ministre de l’Information me faisait part de cette thèse (à propos de Hariri) dans un tête à tête en novembre 2005. Vous remarquerez que dans la phrase suivante je précise qu’une autre thèse (celle d’un clan mafieux syro-libanais) me semble « tentante », à savoir que je la privilégie. Par ailleurs, tout le début du texte explique pourquoi une majorité de Libanais croit, elle, que la Syrie, tout simplement, est coupable. Enfin, les Arabes « prompts à brandir des complots » n’est pas une idée reçue, c’est une idée vécue.

Cordialement.

B. Loos

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :